Pratiques et cultures religieuses du XIIIe au début du XVIe siècle

Catherine Vincent (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Marielle Lamy (Paris Sorbonne)

S1+S2

Séminaire validable pour 4 ECTS dans le diplôme de l’ENS, sur assiduité et exercice

HIST-EXT03-A

Pratiques et cultures religieuses du XIIIe au début du XVIe siècle : les enjeux de la vulgarisation religieuse

Catherine Vincent, avec la collaboration de Marielle Lamy

S1 et S2, 4 ECTS sur l’année

Le séminaire, qui s’adresse aux étudiants en Master, aux doctorants et à tous les chercheurs intéressés, fait alterner des séances de réflexion autour d’un ouvrage récent ou de recherches en cours, encore non publiées (« Actualité de la recherche ») et d’autres séances consacrées à un thème annuel. Il s’agira cette année de la référence apostolique dans les courants religieux occidentaux, envisagée à partir des sources les plus variées : exégèse ; hagiographie latine et vernaculaire ; liturgie ; prédication ; littérature de dévotion latine et vernaculaire ; images ; dédicaces… Fréquenté par des historiens, des historiens de l’art, des historiens de la littérature et des historiens du droit, ce séminaire est l’occasion de fructueux échanges interdisciplinaires.

VENDREDI 10H30-12H30, SALLE IHMC

PREMIÈRE SÉANCE : 13 OCTOBRE 2017

 

La culture religieuse des derniers siècles du Moyen Âge est marquée en Occident par un paradoxe qui n’est qu’apparent : alors que s’affirme le monopole des clercs dans le commentaire, oral ou écrit, des textes sacrés et dans la production des œuvres d’autorité, émerge une littérature de vulgarisation qui tend à rendre plus accessibles aussi bien les contenus de la foi et les modèles de vie chrétienne que les voies de l’expérience spirituelle. Quel est le degré de porosité entre ces univers textuels ? Sous quelles formes s’opère la diffusion des grands modèles ? Quels sont les modes d’appropriation que traduit l’adaptation dans diverses langues vernaculaires d’œuvres latines qui subissent à cette occasion des transformations suggestives ? Á quels horizons d’attente répondent ces entreprises, qui ne se limitent pas au seul milieu laïc ? Faut-il parler de la coexistence de plusieurs cultures religieuses ? Le séminaire est ouvert aux étudiants en master, aux doctorants et à tous les chercheurs intéressés. On y poursuivra la réflexion sur les modalités et les enjeux de la vulgarisation religieuse, en faisant cette année la part belle aux œuvres de spiritualité et de caractère catéchétique. Le champ d’observation sera largement étendu au-delà du domaine francophone, vers l’Italie, l’Europe centrale et les confins les plus septentrionaux et orientaux de l’Occident. Le phénomène de la circulation des textes, de leurs remaniements et de leurs usages continuera bien sûr de retenir l’attention, notamment sous l’angle de la question des genres littéraires ou de la réception d’œuvres en principe condamnées mais travesties. On prendra également en considération le rôle d’autres supports, tels qu’objets et images, dans la diffusion de pratiques de dévotion particulières. Une place sera faite dans la réflexion à la problématique d’une « théologie vernaculaire », très développée aujourd’hui dans certains courants historiographiques, ainsi qu’aux rapports entre édification et divertissement. Enfin l’actualité de la recherche ne sera pas oubliée, avec la présentation de deux mémoires d’habilitation encore inédits.

 

Documents joints

Télécharger le programme

18 septembre 2017
Document : Word
30.5 ko